Bretzel liquide, humour noir, propos et photos étranges

le seul blog art, actualité, photo, gif, video et humour 100% liquide, avec de vrais morceaux de brette zèle liquide dedans !
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

cityves

cite, citons, citation

Fil des billets Fil des commentaires

Nous fîmes cap sur un léger embarcadère

, 12:16

Nous fîmes cap sur un léger embarcadère et le Papaoutah, de son gros ventre, avant de l'atteindre, rafla la barre. En bambou qu'il était l'embarcadère, je m'en souviens bien. Il avait son histoire, on le refaisait chaque mois, je l'appris, à cause des mollusques agiles et prestes qui venaient par milliers le bouffer au fur et à mesure. C'était même, cette infinie construction, une des occupations désespérantes dont souffrait le lieutenant Grappa, commandant du poste de Topo et des régions avoisinantes. Le Papaoutah ne trafiquait qu'une fois par mois mais les mollusques ne mettaient pas plus d'un mois à bouffer son débarcadère.

Céline, Voyage au bout de la nuit
tags : Colonies, colonialisme

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

On appuyait sur un bouton et tout s'éloignait

, 13:01

On appuyait sur un bouton et tout s'éloignait. Les voitures reculaient à l'envers et les chiens couraient à reculons et les maisons qui tombaient en poussière se ramassaient et se reconstruisaient d'un seul coup sous vos yeux. Les balles sortaient du corps, retournaient dans les mitraillettes et les tueurs se retiraient et sautaient par la fenêtre à reculons. Quand on vidait l'eau, elle se relevait et remontait dans le verre. Le sang qui coulait revenait chez lui dans le corps et il n'y avait plus trace de sang nulle part, la plaie se refermait. Un type qui avait craché reprenait son crachat dans la bouche. Les chevaux galopaient à reculons et un type qui était tombé du septième étage était récupéré et rentrait dans la fenêtre. C'était le vrai monde à l'envers et c'était la plus belle chose que j'ai vue dans ma putain de vie. À un moment j'ai même vu Mme Rosa jeune et fraîche, avec toutes ses jambes et je l'ai fait reculer encore plus et elle est devenue encore plus jolie. J'en avais des larmes aux yeux.
Momo, La vie devant soi, Romain Gary / Emile Ajar

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

un front si ample

, 10:49

un front si ample...
que les yeux semblent des lacs de montagne, sans marées, clairs, éternels ; et au-dessus d'eux, dans les rides du front, on peut suivre à la piste les pensées qui descendent pour boire, comme des cerfs, de même que les chasseurs des highlands suivent les daims à leurs empreintes.
Melville : Moby Dick

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

L'ancienne gare de cahors

, 12:37

Voyageuse ! ô cosmopolite ! à présent

Désaffectée, rangée, retirée des affaires.

Un peu en retrait de la voie,

Vieille et rose au milieu des miracles du matin,

Avec ta marquise inutile

Tu étends au soleil des collines ton quai vide

(Ce quai qu'autrefois balayait

La robe d'air tourbillonnant des grands express)

Ton quai silencieux au bord d'une prairie,

Avec les portes toujours fermées de tes salles d'attente,

Dont la chaleur de l'été craquèle les volets...

O gare qui as vu tant d'adieux,

Tant de départs et tant de retours,

Gare, ô double porte ouverte sur l'immensité charmante

De la Terre, où quelque part doit se trouver la joie de Dieu

Comme une chose inattendue, éblouissante;

Désormais tu reposes et tu goûtes les saisons

Qui reviennent portant la brise ou le soleil, et tes pierres

Connaissent l'éclair froid des lézards; et le chatouillement

Des doigts légers du vent dans l'herbe où sont les rails

Rouges et rugueux de rouille,

Est ton seul visiteur.

L'ébranlement des trains ne te caresse plus :

Ils passent loin de toi sans s'arrêter sur ta pelouse,

Et te laissent à ta paix bucolique, ô gare enfin

tranquille

Au cœur frais de la France.

Valery Larbaud

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

Comme en été les torrents fondus se mettent à couler des glaciers

, 13:09

Comme en été les torrents fondus se mettent à couler des glaciers. Chacun de nos mots - à ces moments que nous appelions vides - chaque mot était léger et vide comme un papillon : le mot, de l'intérieur, voltigeait contre la bouche, les mots étaient dits, mais nous ne les écoutions pas car les glaciers fondus faisaient beaucoup trop de bruit en ruisselant. Au milieu du fracas liquide, nos bouches remuaient en parlant, et en vérité, nous ne voyions que le mouvement de nos bouches mais nous ne les écoutions pas - nous regardions la bouche de l'autre, la voyant parler, et peu importait que l'on écoute ou non, oh, au nom de Dieu, peu importait.
Et pour notre part, il nous suffisait de voir que la bouche parlait, et nous riions car nous y faisions à peine attention. Et cependant nous appelions ce non-écouter désintérêt et manque d'amour.
Mais en vérité, combien nous parlions ! Nous disions le néant. Et cependant tout scintillait, comme lorsque de grosses larmes ne se détachent pas des paupières, c'est pour cela que tout scintillait.

Clarice Lispector : la passion selon G.H.
tags : Baudelaire, le serpent qui danse, Colombe

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

- page 2 de 51 -