Bretzel liquide, humour noir, propos et photos étranges

le seul blog art, actualité, photo, gif, video et humour 100% liquide, avec de vrais morceaux de brette zèle liquide dedans !
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

cityves

cite, citons, citation

Fil des billets Fil des commentaires

En fait tout est bleu chez les chasseurs alpins

, 10:10

En fait tout est bleu chez les chasseurs alpins :
« — Quelle couleur la moto ?
— Bleu cerise, répondit Julien sans hésiter.
— Bleu cerise ? Mais ça n’existe pas ! émit Sandrine.
Un gendarme la renseigna.
— C’est le rouge. Les chasseurs alpins ne prononcent jamais le mot rouge. Ça date de l’époque de Napoléon III qui voulait que les soldats portent le pantalon garance. Rouge si vous préférez. Vous imaginez les bidasses en rouge sur la neige ? C’est devenu depuis une tradition. Ils ne prononcent plus ce mot sauf pour évoquer les lèvres d’une femme, notre drapeau et la Légion d’honneur. »
— (Laurent Pocry, Pour la peau d’un chamois, Janzé : Coëtquen Editions, 2016, page 45)
source : fr.wiktionary.org

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

Toutes les images disparaîtront.

, 10:03

Toutes les images disparaîtront. L'homme croisé sur un trottoir de Padoue, l'été 90, avec des mains attachées aux épaules, évoquant aussitôt le souvenir de la thalidomide prescrite aux femmes enceintes contre les nausées 30 ans plus tôt et du même coup l'histoire drôle qui se racontait ensuite : une future mère tricote de la layette en avalant régulièrement de la thalidomide, un rang, un cachet. Une amie horrifiée lui dit, tu ne sais donc pas que ton bébé risque de naître sans bras, et elle répond, oui je sais bien mais je ne sais pas tricoter les manches.

Annie Ernaux, les années
Annie Bergou : Une rigolote, Annie Ernaux.
Inter Brette : Annie Bergou, elle n'a pas eu un prix pour ça, récemment ?

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

Nous fîmes cap sur un léger embarcadère

, 12:16

Nous fîmes cap sur un léger embarcadère et le Papaoutah, de son gros ventre, avant de l'atteindre, rafla la barre. En bambou qu'il était l'embarcadère, je m'en souviens bien. Il avait son histoire, on le refaisait chaque mois, je l'appris, à cause des mollusques agiles et prestes qui venaient par milliers le bouffer au fur et à mesure. C'était même, cette infinie construction, une des occupations désespérantes dont souffrait le lieutenant Grappa, commandant du poste de Topo et des régions avoisinantes. Le Papaoutah ne trafiquait qu'une fois par mois mais les mollusques ne mettaient pas plus d'un mois à bouffer son débarcadère.

Céline, Voyage au bout de la nuit
tags : Colonies, colonialisme

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

On appuyait sur un bouton et tout s'éloignait

, 13:01

On appuyait sur un bouton et tout s'éloignait. Les voitures reculaient à l'envers et les chiens couraient à reculons et les maisons qui tombaient en poussière se ramassaient et se reconstruisaient d'un seul coup sous vos yeux. Les balles sortaient du corps, retournaient dans les mitraillettes et les tueurs se retiraient et sautaient par la fenêtre à reculons. Quand on vidait l'eau, elle se relevait et remontait dans le verre. Le sang qui coulait revenait chez lui dans le corps et il n'y avait plus trace de sang nulle part, la plaie se refermait. Un type qui avait craché reprenait son crachat dans la bouche. Les chevaux galopaient à reculons et un type qui était tombé du septième étage était récupéré et rentrait dans la fenêtre. C'était le vrai monde à l'envers et c'était la plus belle chose que j'ai vue dans ma putain de vie. À un moment j'ai même vu Mme Rosa jeune et fraîche, avec toutes ses jambes et je l'ai fait reculer encore plus et elle est devenue encore plus jolie. J'en avais des larmes aux yeux.
Momo, La vie devant soi, Romain Gary / Emile Ajar

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

un front si ample

, 10:49

un front si ample...
que les yeux semblent des lacs de montagne, sans marées, clairs, éternels ; et au-dessus d'eux, dans les rides du front, on peut suivre à la piste les pensées qui descendent pour boire, comme des cerfs, de même que les chasseurs des highlands suivent les daims à leurs empreintes.
Melville : Moby Dick

partagez ce bretzel liquide avec vos amis : Partage

- page 1 de 50